> Auteur > Jean-Marie Villemot

Jean-Marie Villemot

Biographie : J'ai quarante ans, montre en main.
Je suis né près de Poitiers. Charles Martel ayant tardé à stopper l'envahisseur, je suis passablement basané. Depuis le 11 septembre, on me lorgne dans les aéroports. Enfin, le Poitou, c'est pour le côté terroir et origines, je n'ai fait qu'y naître. J'ai passé mon enfance à Montmorency, Val d'Oise, où j'ai copieusement asticoté mes cinq frères et soeurs. A la maison, on m'appelait le " moustique ". Au lycée, le diagnostic était plus nuancé. Quelque part entre " Fantaisiste ", " Turbulent " et Peut mieux faire ". Après Montmorency, direction Paris, rue Saint-Guillaume, pour faire Science Po. Un lieu étrange où coexistaient nonchalamment de très beaux spécimens de pisse-froid et d'authentiques originaux. En ce temps-là, j'étais étudiant et professeur de sciences économiques le jour, pianiste de bar le soir, maître-nageur l'été. J'essaie de ne pas perdre la main en respiration artificielle et massage cardiaque.
Ensuite, je suis parti au Mexique faire la coopération. En rentrant, je voulais voyager, mais il ne suffit pas de se coller un timbre sur le dos pour se retrouver à l'étranger... Je suis alors passé boulevard des Italiens, devant une banque. J'ai vu de la lumière, je suis rentré... J'ai travaillé pour cette banque en France, au Cameroun, en Thaïlande, et bientôt, en Côte d'Ivoire. Dans mon bureau, j'ai parfois l'impression d'être tapi dans un cheval de Troie au coeur des passions humaines.
Instructif.
Je suis marié. Avec Marie-Hélène, nous avons fabriqué Inès... Puis Flore... Puis nous avons tenté le garçon, avec régimes alimentaires et moult contorsions à la clé. Des efforts non récompensés. Anouk est née... Mais, disons-le en toute objectivité, ces trois filles-là sont formidables.
Sinon, j'aime les livres. Passionnément. J'aime les lire, les regarder, les toucher. Les sentir. Oui, ça sent bon, un livre. Les vieux Bob Morane, surtout... Il y a des matins si gris que les oiseaux se recouchent. Ces jours-là lire fait tout oublier.
Lire réchauffe.
Longtemps, j'ai dévisagé les gens pour me faire l'oeil. De fil en aiguille, j'ai fini par essayer d'écrire. Depuis, je fais tout ce que je peux pour, un jour, avoir un style fin comme la pluie. L'oeil mort, mon premier polar, est sorti à la Série Noire en 1999. Abel Brigand est le dernier né chez Payot & Rivages.
Abel Brigand, c'est l'histoire d'un prêtre qui devient détective malgré lui. Son " enquête " se déroule à Montmorency. Le personnage du prêtre est inspiré d'un jésuite que j'ai bien connu. Un homme unique. Longtemps après sa mort, je ne suis pas bien sûr qu'il soit vraiment mort. Dans ce livre, j'ai tenté de faire de l'étrange avec du simple.
Tout ce que j'écris, j'ai, à un moment, la joie de l'écrire. Cette joie passe, revient, mais elle existe. Elle est communicable et vous devez la ressentir... A quel instant ? Je ne sais pas. A la première, à la seconde lecture ? Je ne sais pas, mais il est fatal que vous la ressentiez.

Source : Rivages / Payot

4 livres référencés